Edito

Que l’on soit deux, cinq, dix ou trente, entouré d’une bande pétulante ou de cousines bavardes, la famille est une pulsation. On goûte alors les délices de sa solitude, le vivant de ses confrontations, le compactage des valises estivales, la respiration des promenades. S’esquisse ainsi un petit théâtre, un nuage animé, dans lequel se nimber, et écouter le doux la du monde. 

La carte postale
de Nicolas Lefebvre

Sous ses doigts de graphiste voyageur, encres et crayons de couleur révèlent de «petites machines illustrées», des dessins atmosphériques – artiste, il manie aussi photo et vidéo. Ce mois-ci, clin d’œil d’Istanbul vu de l’île aux Princes. Sur le Bosphore, petit café à bord des bateaux allant et venant sans cesse.

Article suivant

Air France