Aller au contenu principal

Sur le fil

1

Snjór

Christophe Jacrot n’attend pas l’éclaircie, il la fuit. Ce photographe des intempéries aime le blizzard, New York figé par la tempête, Paris éclaboussé, Hong Kong sous le déluge. Lorsqu’il saisit les paysages de l’Islande, on dirait qu’il manie deux pinceaux : l’un très large pour brosser les aplats du ciel, la lande polaire et les routes floutées par le gel. L’autre très fin, presque un stylet, pour ciseler au fond des immensités une église, un séchoir à morues, les arêtes noires du basalte. Une expédition à dos de papier, magnifiée par un format horizontal de 40 cm et le grain des pages, qui absorbent en silence les flocons de snjór (neige). LO

Par Christophe Jacrot

h’Artpon Éditions
2

Froidure

Froidure, ligne tendue vers l’inexorable, relate les derniers mois de la poétesse américaine Sylvia Plath (1932-1963). Divorcée du poète britannique Ted Hughes, elle vit à Londres avec ses enfants dans l’ex-demeure de Yeats. Nourri de documents, Froidure est une polyphonie temporelle élégamment tissée par Kate Moses (traduite par Anouk Neuhoff). Poignant, ce roman pudique et fervent suscite l’envie de (re)lire les poèmes de cette plume météore. Une ligne claire et déterminée. VG

Par Kate Moses

Éditions La Table Ronde, coll. Petit quai Voltaire
3

Parler à un mouton

Quand Claude Lévêque trace un trait, celui-ci se tortille, se tarabiscote, se faufile – tel l’éclair vermillon installé sous la pyramide du Louvre en 2014. Quand Lévêque écrit au néon, les lettres de couleur se tortillent, se tarabiscotent, s’insinuent. Dans ce 98e titre de la collection «L’art en écrit», l’artiste plasticien et scénographe livre souvenirs et moments de vie en saynètes burlesques, nostalgiques ou grinçantes et facétieux dessins d’une palette à vif. Elles agglutinent «une façon» de journal intime, les traces choisies du quotidien. L’anodin et le farfelu poétiques. VG

Par Claude Lévêque

Éditions Jannink
4

L’Éclipse de lune de Davenport, et autres poèmes

Lecteurs de Dalva ou de Légendes d’automne, ne placez pas les poèmes de Jim Harrison dans la marge de ses grands romans. Car l’œuvre de l’écrivain américain, disparu en 2016, est sans lisières : dans ce neuvième recueil de poésie comme dans ses autres récits, elle a des vastes plaines, des rivières rugueuses, des silhouettes de femmes et des «Ranchs de la Déveine». Une réédition bilingue, pour remonter pieds nus aux racines du rythme et des mots. LO

Par Jim Harrison

Éditions La Table Ronde
coll. La petite vermillon
5

Mirolioubov

Si vous croisez un petit bonhomme mal dégrossi, planté devant sa porte en attendant qu’on lui dise «Sortez !», c’est que vous avez rencontré l’attendrissant Piotr Obvodni Mirolioubov. Dans son micro-théâtre de l’absurde, les nuages ont des portes, pour que s’y faufilent les avions, on remplit sa journée de rien et l’on s’endort une heure avant d’avoir sommeil. La vie sans logique d’un rêveur réglé comme du papier à musique, comme sorti d’un roman du Portugais Gonçalo M. Tavares. MA

Par José Parrondo

Éditions du Rouergue
Armoire à secrets Jardin fleuri en bois, avec un tiroir à double-fond Djeco

Article suivant

le temps des secrets