Saveurs toquées

Journalistes et photographes en reportage pour le magazine se mettent à table. Ricochets gourmands autour du globe.

Yunnan Les noms que lui attachent les diverses langues du monde témoignent de sa nature singulière : «ver d’hiver, plante d’été» en tibétain, «champignon-chenille» en français… Qui est donc cet étrange Ophiocordyceps sinensis ? Il s’agit d’un champignon originaire du plateau tibétain qui parasite les larves de papillon. Après les avoir momifiées, il produit à partir de leur corps une excroissance jaune orangée. Ici, on a coutume de faire sécher cette curiosité avant de la déguster en bouillon. Quels bienfaits lui prête-t-on ? Des vertus aphrodisiaques et une stimulation du système immunitaire. Il convient d’en consommer avec parcimonie : 1 kg de ces champignons-chenilles se monnaie autour de 20 000 € ! AK

Ahe Qui ose braver la fougue écumeuse des brisants sur le platier des atolls est récompensé par une curieuse rencontre, gage de jubilation épicurienne : le Colobocentrotus atratus. Rien de plus étrange que ce bouclier des mers, qu’on appelle aussi oursin casque ou oursin tortue. C’est un oursin… sans piquants qui possède cinq mâchoires. Au Cocoperle Lodge, on s’extasie sur le grenier à ciel ouvert de la mer : «Ici, le réfrigérateur est devant, pas derrière». Ma’oa (sublime escargot de mer), toraka (troque conique) et pahua (bénitier) en sont les autres joyaux. Avec délicatesse, Janine, la cuisinière, marie la chair des oursins casques à celle des oursins crayons, aux airs de dahlias noirs, pour corser des sauces crémées. Divine sensualité iodée… IA

COCOPERLE LODGE

Ahe, Tuamotu.

www.cocoperlelodge.com

São Paulo Il faut bien s’attendre à voir un jour surgir sur la table ces petites créatures à grosse tête et frêles gambettes. De temps en temps, il y a des incursions, juste pour amuser la galerie. Pourtant, les insectes font partie du futur alimentaire et, que l’on sache, un escargot, voire une huître, nécessite autant de courage qu’une fricassée de sauterelles. Dans le cadre du menu végétarien du restaurant gastronomique D.O.M. (animé par l’authentique gloire mondiale Alex Atala), des fourmis d’Amazonie apparaissent ainsi sur un granité (un cocktail japonisant poivré) et donnent un rendu – certes – déstabilisant, mais pas mauvais du tout. Finalement, on a l’impression d’ouvrir un chapitre de la gourmandise, d’agrandir sa bibliothèque. FS

D.O.M

Rua Barão de Capanema, 549.
Tél. +55 (11) 3088 0761.

www.domrestaurante.com.br

© Yann Stofer - Ingrid Astier - Sergio Coimbra

Monde La vieillesse a de l’avenir

Article suivant

Le monde
comme il va