Agité du bocal

Ce fut un véritable travail d’équipe Des ateliers en tous sens, des échanges concernés, des éclairs de génie, d’infatigables essais. Le tout piqué de matériel de précision, comme si, soudain, nous étions en mission. L’emballage, pourtant, promettait l’exploit nonchalant : réussir une chantilly avec un bocal et trois billes dodécaèdres. Une minute de secouage, et hop, une douceur aérienne et moussue à souhait, sans fouet ni électricité. La vendeuse, la première, sema la zizanie, nous conseillant une crème bien froide, alors que la notice prônait 18oC à 22oC. Face à l’établi, l’exercice se transforma en cas d’école. Outre une typologie précise (UHT, hors rayon frais) ainsi qu’une liste – restreinte – de crèmes adoubées par le fabricant (toutes ne fonctionnent pas car elles n’auraient pas réellement la teneur en matière grasse annoncée), il fallut un thermomètre pour suivre les coups de chaud de l’ingrédient, des bras fermes pour secouer avec énergie (l’exercice eut au moins ce mérite), un chronomètre pour maîtriser la durée et ne pas virer au beurre. Mais quel que fût le cas de figure, le phénomène physique du «foisonnement» (les petites bulles d’air s’invitant dans la masse grasse de la crème) refusa de se révéler. En bref, la chantilly, dans le bocal, n’est jamais montée. On eut vent, pourtant, de quelques victoires certifiées. La réussite, sans fouet ni loi.

CREAZY CHANTILLY

Cookut.

www.cookut.com

Le nouveau salon d’Orly-Ouest, situé dans le hall 2 de l’aéroport.

Article suivant

Nouveaux espaces salons
Coins de sérénité
en métropole