Les beaux débuts

Ces tout jeunes hôtels français, à la personnalité déjà bien affirmée, accueillent le voyageur avec naturel et élégance.

Paris

Le Saint

Bien connue des habitués de Saint-Germain-des-Prés, cette petite adresse nichée à l’abri des grandes circonvolutions touristiques s’est récemment offert une cure de jeunesse à tous les étages. Mieux, elle unit désormais sous un même nom – Le Saint – les trois hôtels qui se partageaient autrefois le pâté de maisons. «Nous étions partis pour lui administrer un petit coup de frais. Finalement, nous n’avons conservé que quatre murs», s’amuse Bertrand Plasmans, son joyeux propriétaire. Les chambres sont ainsi entrées dans l’ère du confort moderne et bourgeois, citant l’environnement mode du quartier par de belles et lourdes étoffes aux fenêtres, des moquettes moelleuses parcourues de festons ou des têtes de lit pied-de-poule. Le reste relève du même infini détail : ambiance olfactive concoctée par le parfumeur Barnabé Fillion, bicyclettes à disposition, accompagnées de boîtes à goûter pour qui souhaite flâner en bord de Seine. Le soir venu, le bar-restaurant Kult cueille les âmes en quête d’intimité tamisée. Un nouveau repaire pour visiteurs de passage comme pour le voisinage. MA

Le Saint

3, rue du Pré-aux-Clercs.
Tél. +33 (0)1 42 61 01 51.

www.lesainthotelparis.com

Cannes

Okko Hotels Cannes Centre

Patrick Norguet, créateur de la célèbre Rainbow Chair pour Cappellini, signe pour Okko Hotels un 4e établissement, azuréen cette fois. Les harmonies claires ou foncées font papillonner les pièces de mobilier aux teintes saturées – magenta, citron, vermillon, anis, turquoise. Un écho subtil à la vie de cette cité souvent tranquille et un instant dans la lumière du monde, festival oblige. Ici, la terrasse glisse un regard sur le massif de l’Estérel ou le quartier du Suquet. Son voisin de palier, le Club, régale les hôtes de saveurs locales ou, selon les heures, les accueille devant les iMacs du business corner (WiFi et imprimante gracieux) ou les rayons de la bibliothèque (bandes dessinées, beaux livres). Le corps n’est pas en reste : salle de sports puis sauna. Okko conçoit ses adresses comme des lieux de vie plus que de passage. VG

Okko hotels Cannes centre

6 bis, place de la Gare.
Tél. +33 (0)4 92 98 30 30.

www.okkohotels.com

Paris

Nolinski

Du coin de l’œil, la Comédie-Française, le palais du Louvre et les jardins du Palais-Royal le surveillent ; ainsi entouré, le Nolinski n’a pas d’autre choix que de bien se tenir. Ce nouvel établissement possède heureusement nombre d’atouts pour ne pas faire rougir ses vénérables voisins : sis dans un hôtel particulier, il décline sur six étages un luxe feutré. Les couloirs aux lumières tamisées desservent des chambres spacieuses, véritables lofts dans lesquels une couleur dominante vient s’accorder avec les matières qui les composent : béton ciré contemporain et boiseries néo-classiques. Dans un même esprit de discrétion et d’harmonie, la brasserie Réjane, le Grand Salon et le spa accueillent voyageurs de passage et Parisiens habitués pour des moments épicuriens. MS

nolinski

16, avenue de l’Opéra.
Tél. +33 (0)1 42 86 10 10.

www.nolinskiparis.com

Pyla-sur-Mer

Ha(a)ïtza

C’est toujours elle, la blanche façade croisée de colombages, chapeautée à la mode néo-basque, construite en 1930 à une coudée du Bassin d’Arcachon. Mais depuis cet été, Haïtza (le «roc») a pris un (a) et retrouvé de l’âme, les lumières aux fenêtres, les grains de sable laissés sur le perron. Sophie et William Techouyeres, déjà artisans du réveil de La Co(o)rniche voisine, ont laissé Philippe Starck y imprimer sa cartographie personnelle : un salon bourgeois peuplé de masques africains, une pâtisserie à la clarté de dragée, des chambres rayées de bois et de marbre... Un peu de chaud, un peu de froid, l’éclectisme est follement tempéré. Jusqu’à la véranda nautique, où le doublement étoilé Stéphane Carrade régale de «terroir progressif». L’océan est déjà un fidèle : au bout de la rue, il prépare chaque soir sa marée. LO

ha(a)ïtza

1, avenue Louis-Gaume.
Tél. +33 (0)5 56 22 06 06.

www.haaitza.com

Paris

Hôtel Panache

À une plume des grands boulevards où théâtres et cabarets faisaient palpiter le cœur polisson de la capitale, le Panache s’est glissé dans un prisme, tel le Flatiron Building de New York, ici source d’inspiration de la designer Dorothée Meilichzon qui s’est amusée jusque dans les 40 chambres – certaines avec micro balcon. Le rectiligne côtoie le tarabiscoté, les effets d’optique des papiers peints et miroirs sur mesure jouent avec les codes parisiens – carrelage métro dans les salles de bain, tête de lit cannée en acier tourné. Si Noglu concocte quelques douceurs (sans gluten), Julhès pourvoit au petit déjeuner (buffet de croissants, fromages et charcuterie). Le restaurant est, lui, le domaine de Paul Landre (ex-Racine2), qui a dans sa botte l’adresse des meilleurs produits. Dans chaque chambre, La Petite Papeterie Française a glissé journal de jeux pour enfants, carnet city-guide et crayons –  une invitation à inscrire ces vers de Cyrano de Bergerac : «Il y a […] / Quelque chose que sans un pli, sans une tache / J’emporte malgré vous, et c’est… mon panache» ? VG

Hôtel Panache

1, rue Geoffroy-Marie.
Tél. +33 (0)1 47 70 85 87.

www.hotelpanache.com

Boulogne-Billancourt

Mercure Paris Boulogne

Des arches de verre, des lignes bleues tissant avec le rouge et le vert le kaléidoscope d’un écran, clin d’œil aux studios télé voisins... l’architecte Karine Lewkowicz, habilleuse de la brasserie Lazare du chef éric Frechon, a joué avec les transparences et les références pour redonner de l’allure aux espaces (bar-restaurant, lobby) de cet hôtel de l’ouest parisien. Dans les chambres, l’agence Blanchet d’Istria a manié l’épure et la douceur des couleurs, jusqu’au bord des terrasses des 5 nouvelles suites. Pour couronner la mue, le toit s’est couvert cet été de bois brut, creusé d’un bassin sportif où nager à contre-courant. Avant de redescendre 7 étages plus bas, goûter aux fromages affinés par Marie Quatrehomme et aux géniaux éclairs de Christophe Adam. LO

mercure paris boulogne

37, place René-Clair.
Tél. +33 (0) 825 80 47 47.

www.mercure.com

Néac

Château Siaurac

Bâtiment du XIXe inscrit au titre des monuments historiques, parc à l’anglaise classé jardin remarquable : la propriété bordelaise pourrait intimider, mais elle a su garder cette chaleur caractéristique des demeures familiales où la convivialité se partage au coin du feu ou au pied d’un chêne tricentenaire. Sur les plateaux alentour, le vignoble se déploie, offrant au domaine ses plus prestigieuses appellations. Le chef du restaurant les accorde aux produits locaux et de saison qu’il sélectionne au marché, dans le verger ou le potager du parc. Cinq chambres meublées et décorées de pièces chinées par les propriétaires au gré de leurs voyages accueillent les visiteurs dans une opulence enveloppante et intime. MS

Château siaurac

Tél. +33 (0)5 57 51 65 20.

www.siaurac.com

Paris

Hôtel Saint-Marc

Certains murs cachent des planètes. Ouvert en avril, l’hôtel Saint-Marc transporte l’explorateur du cœur parisien vers un pays insoupçonné, quelque part entre l’Italie, les années 1930 et un rêve de David Lynch. Les designers milanais de Dimorestudio en signent le langage murmuré des moquettes jusqu’aux (très hauts) plafonds, aux accents de marbre, de laiton et de velours profonds. Aux 26 chambres pigmentées d’audace (jaune moutarde, bleu ciel, rouge fruité...) et de lignes Art Déco, répondent les portes laquées d’ombre, les mosaïques noires et blanches du spa, la fraîcheur végétale du patio. Un théâtre de nuit, avec juste ce qu’il faut de flamboyance dans le jeu, à un pas de l’Opéra Comique. LO

hôtel saint-Marc

36, rue Saint-Marc.
Tél. +33 (0)1 42 86 72 72.

www.hotelsaintmarc.com

Lauris

Domaine de Fontenille

Un vrai parfum de vacances en cette rentrée : après dix-huit mois de rénovation, cette bastide ceinte d’une pelouse manucurée, où s’épanouit l’herbier de la flore locale, abrite 17 chambres au cachet XVIIIe préservé et valorisé par quelques touches très XXIe. Outre la piscine turquoise sertie de gazon émeraude et le bassin aux carpes, balades à dos d’âne pour les petits. Les grands louent, eux, une décapotable et gagnent Lourmarin (5 km) ou Aix-en-Provence (25 min). Pour titiller d’autres appétits, le chef Jérôme Faure conçoit une carte étonnante, dont Expression végétale, dédiée aux fruits, légumes, fleurs et fromages. Également centre d’art (concerts, expositions, cinéma en plein air), la bastide accueillera bientôt des compositeurs en résidence. VG

Domaine de fontenille

Route de Roquefraiche.
Tél. +33 (0)4 13 98 00 00.

www.domainedefontenille.com

© DR - Jérôme Galland - GdeLaubier

© Nicolas Anetson - Romain Ricard

© Claude Weber - Philippe Servent - Serge Chapuis

Le propre du noir

Article suivant

Le propre du noir