Lillemor Jakobson

Lillemor Jakobson

Lillemor Jakobson

S comme Solus. Locus Solus1 Pour aller y songer et vous souvenir, cherchez la splendeur de quelques sites singuliers et solitaires gardés par le silence des statues. En certaines saisons, quand souffle le sirocco, les choses vues vous sembleront sitôt surgies de siècles et de séjours somptueux et très éloignés2.

1. Locus Solus a paru en feuilleton de décembre 1913 à mars 1914, sous le titre Quelques heures à Bougival dans Le Gaulois du Dimanche. Chaque livraison était décorée d’un bandeau représentant la grille d’un parc avec au fronton l’inscription Locus Solus. Cf. F. Caradec, op. cité. 2. À Naples, une visite au Musée archéologique fera découvrir des mosaïques et des statues antiques.

S as in Solus: Locus Solus1 To go there to reminisce and dream, search for the splendor of some singular and solitary sites guarded by silent statues. In certain seasons, when the sirocco blows, sightings will appear to loom up from centuries past and from distant and sumptuous sojourns.2

1. Locus Solus was first published in serial form between December 1913 and March 1914, with the title Quelques Heures à Bougival, in Le Gaulois du Dimanche. Each article featured a banner representing the iron gate to a park with “Locus Solus” inscribed on the pediment. See F. Caradec, Raymond Roussel. 2. In Naples, discover the mosaics and ancient statues in the archaeological museum.

Cofondatrice et directrice artistique de BabyBjörn

Comment tout a commencé ?

Enfant, j’aimais dessiner et je confectionnais des robes en papier pour mes poupées, puis j’ai appris à coudre. Adolescente, je faisais mes propres vêtements, car le prêt-à-porter pour les gens de mon âge n’existait pas alors.

BabyBjörn a 55 ans. Qu’y a-t-il encore de nouveau à concevoir pour les petits ?

Il faut suivre l’évolution des modes et des goûts. De nouvelles matières apparaissent, les couleurs portées changent. Il y a toujours un problème à résoudre et les parents sont de plus en plus informés, donc exigeants – substances allergisantes, composants recyclables…

Quelle est votre plus grande fierté ?

L’évolution des schémas sociaux. J’étais très fière, en 1992, de voir un père en costume-cravate sortir d’un taxi parisien avec un porte-bébé !

Que souhaitez-vous transmettre à la génération suivante ?

Il est très important de choisir un métier que l’on aime, car on passe beaucoup de temps à travailler. Ne pas oublier la nature, aussi bonne pour le corps que pour l’âme. Et savoir éteindre tablette et Smartphone !

Qu’est-ce qu’Artipelag ?

Un lieu culturel en pleine forêt, dans l’archipel de Stockholm, que nous avons créé grâce aux bénéfices générés par BabyBjörn. Dans ce grand bâtiment en matériaux bruts qui accueille deux restaurants, nous organisons des expositions et des concerts. L’âme a besoin d’art et de petits plats !

Le fil rouge de ce numéro est «Jeunes pousses». Qui sont-elles à vos yeux ?

Bea Szenfeld, une jeune créatrice suédoise, curieuse de l’ailleurs, qui travaille surtout le papier (www.szenfeld.com).

Quel lieu incarne les valeurs de votre marque – fiabilité, bien-être, qualité… ?

La Suède ! Le pays de l’égalité homme/femme, pionnier dans l’attention et le soin portés aux petits. Je reviens toujours en Suède avec bonheur. J’aime ses changements de saison, ses lumières et même son froid hivernal.

Une destination rêvée ?

Rêve réalisé : l’île de Pâques, dont j’avais entendu parler durant mes études. J’aimerais retourner en Inde et en Italie, un pays que j’adore et où je vais souvent. C’est toujours un plaisir d’y être.

 

1935 Naissance à Stockholm.

1956 Diplôme de direction artistique à la Berghs School of Communication.

1963 Diplôme de designer textile, Konstfack (University College of Arts, Crafts and design).

1961 Création de BabyBjörn et du premier transat pour bébé.

1973 Premier porte-bébé (pour le tout-petit, les contacts physiques comptent autant que l’alimentation).

1991 Porte-bébé Original, adapté au nouveau-né.

1994 Porte-bébé noir, mode oblige.

2012 Ouverture d’Artipelag (www.artipelag.se).

2016 Un même porte-bébé servant à plusieurs enfants, BabyBjörn en a «porté» environ 30 millions !

© BabyBjörn

1

Article suivant

Un style
insolent