Le monde
comme il va

L’économie de la planète en quelques chiffres.

 

economie

États-Unis
La mode fait ses matières

Jusqu’au 10 juillet, au Museum of Fine Arts de Boston, le public découvre #techstyle, ou la synergie entre technologie et mode grâce au travail de créateurs, comme Alexander McQueen, Viktor & Rolf ou Iris van Herpen.

Y sont exposées des robes fabriquées à partir de produits recyclés, qui changent de forme et de couleur en fonction de la météo ; brodées de plus de 10 000 leds ; cristallisées ou constituées d’un assemblage de pétales créés par une imprimante 3D ; incrustées d’écrans souples qui diffusent des images animées, des Tweet... Dans l’état voisin de New York, au Metropolitan Museum of Art, l’exposition Manus X Machina (jusqu’au 14 août) interroge, quant à elle, la dichotomie main/machine et la frontière entre le prêt-à-porter et la haute couture, devenues de plus en plus ténues. Elle explore l’impact de la modélisation informatique associée à l’impression 3D et aux coupes au laser sur la création textile. Rien d’étonnant à trouver désormais des sociétés informatiques au premier rang des sponsors de ces événements. S’il est peu probable de voir un jour des claviers défiler, il s’avère que les styles vestimentaires – parfois discutables – de Dark Vador, Ellen Ripley, Neo ou la princesse Leia, sont dépassés.

economie

16 000 tonnes de miel produites en France en 2015, 60% de plus qu’en 2014, mais deux fois moins que dans les années 1990.

85,5 mètres sous le niveau de la mer : situation de Badwater Basin (USA).

15e Championnat d’Europe de football. Coup d’envoi le 10 juin au Stade de France – finale le 10 juillet.

40% de croissance de création de start-up en Inde en 2015.

economie

Monde
Santé génétiquement magnifiée

Dans l’immense champ que constitue la biogénétique, les OGM ou le séquençage de l’ADN sont des termes souvent entendus, à défaut d’être compris. Entre les murs des grands instituts et universités du monde, de Pasteur (Paris) à Max Planck (Allemagne), du MIT (Boston) à l’Umeå University (Suède), la recherche fondamentale dessine la santé de demain. Les pharmacopées de ces hauts lieux scientifiques font dans la dentelle et le sur-mesure. Au gène près. Depuis la mise au point du CRISPR-Cas9 en 2012, une technique pour couper et modifier l’ADN, la biologie moléculaire est entrée dans une nouvelle dimension. En résumé, les biologistes ont entre les mains un outil fantastique et abordable pour leurs expérimentations sur les génomes, de ceux des bactéries et végétaux à ceux des humains. Pour le meilleur, cela va sans dire. Une fois assuré que ces manipulations n’induisent pas de lésions dans d’autres régions du génome, ce sont de nouvelles perspectives pour le traitement des maladies. Dans l’immédiat, parmi les nombreuses applications déjà accessibles et validées, les éligobiotiques méritent le détour. Plutôt que de décimer indifféremment la flore qui les entoure, ces antibiotiques raffinés distinguent les bactéries néfastes à neutraliser.

economie

7 000 km parcourus par la libellule Pantala flavescens lors de son vol migratoire. Qui dit mieux ?

economie

70 grammes : consommation annuelle de café par habitant au Kenya, contre plus de 11 kg chez les Finlandais, les plus importants consommateurs au monde.

Article suivant

La collection
Air France Music