Aller au contenu principal

Lettres en roue libre

1

Quel petit vélo au guidon chromé au fond de la cour ?

«Mon Dieu, mon Dieu, comment tout cela va-t-il finir ?» Cela ? Ce deuxième ouvrage de Perec, florilège de figures de style – sagement listées à la fin. Cette histoire de vélo(moteur) sur fond ­de conscription lors de la guerre d’Algérie. Entre le fort de Vincennes et Montparnasse, le maréchal des logis Henri Pollak et sa bande d’amis déploient des trésors d’inventivité pour éviter à un camarade de partir se battre. L’occasion de jouer avec les mots, les sons, les situations et de sérieusement débrider son imagination. Sous la plume généreuse de l’un des membres de l’Oulipo, un exercice excentrique et savoureux. VG

Par Georges Perec

Éditions Denoël

2

Marta et la bicyclette

À première vue, peu d’animaux semblent aussi statiques et placides qu’une vache. Pourtant, Marta est tout le contraire. Elle empoigne sa vie à bras-le-corps pour faire le tour du monde ou se fabriquer un vélo toute seule. Visuellement vitaminé avec un message clair : bougez, cassez les murs, sortez des sentiers battus. LV

Par Germano Zullo & Albertine

Éditions La Joie de lire

3

Des goûts

L’heure est à la nourriture désirable, aux bols de kale entourés de cubes de saumon – sauvage évidemment –, d’un rose tendre et engageant. Martin Parr, le plus cynique des photographes (osera-t-on dire punk ?) prend comme à son habitude le contre-pied du bon goût de l’époque en publiant une compilation de plats saisis dans les années 1990 en Angleterre et à travers le monde. Ici pas d’amuse-bouches ni de verrines, mais du pastrami écarlate et des donuts qui réussissent le tour de force d’être à la fois secs et gras. Un voyage visuel mais aussi olfactif dans l’univers de la junk food. LV

Par Martin Parr

Phaidon

4

La tentation de la bicyclette

Pour qui aime observer le mouvement du monde depuis la quiétude d’un banc, la bicyclette est un objet inopportun, qui accélère le rythme des pensées. Mais à tant le voir filer, Edmondo De Amicis s’interroge : et si le destrier mécanique était un moyen de secouer la mélancolie, de bousculer les engourdissements de l’âge au gré des soubresauts des pavés ? L’un des derniers textes de l’auteur du Livre-cœur, classique de la littérature enfantine italienne, écrit comme un appel à desserrer les freins, et à tenter la roue libre. LO

Par Edmondo De Amicis

Les Éditions du Sonneur

5

Un Mexicain sur son vélo

Vous avez peut-être, un jour d’ennui scolaire, tracé dans la marge deux cercles concentriques, deux traits, et dissipé votre voisin par un : «Qu’est-ce que c’est ?» Réponse : un vélocipédiste coiffé d’un sombrero... Et, l’air de rien, un morceau de la culture populaire américaine. Sortis de l’imagination rigolarde de Roger Price dans les années 1950, les droodles (pour drawing, dessin, et doodle, gribouillage) dérou-lent ici un album de famille farceur et incongru, en 120 devinettes minimalistes (fantôme faisant des pompes, atterrissage d’une mouche froussarde, carte postale de profil...). Où l’on retrouve Georges Perec : «Les Américains ne sont pas drôles, mais Roger Price, si !» LO

Par Roger Price

Éditions de La Table ronde

Marchand de glaces comptoir de crèmes glacées en bois, 16 pièces, écritoire et craie Hape

Article suivant

Fête foraine