La Corse buissonnière

La Corse
buissonnière

La Corse buissonnière
L’île de Beauté prête ses chemins de traverse à qui robinsonne hors du maquis touristique. Du Cap Corse à Zonza, entre mer et montagne, entre vents et soleil, repaires curieux et rencontres inattendues…

1.

Parier haut placé à l’hippodrome d’été

Hissé à 950 m d’altitude en pleine Alta Rocca, non loin du col de Bavella et ceint d’une forêt de pins, l’hippodrome de Viseo est simplement le plus haut d’Europe. Une vraie curiosité. Fermé, on croirait la piste des rencontres du 3e type ; ouvert, bondé, c’est hippique. On y monte assister aux réunions dominicales depuis 1928. Trot et galop, 1 000 m sur piste d’herbe, vus depuis la tribune champêtre. Plus de 800 personnes se pressent là, debout ou assises sur des chaises en plastique. Au rythme de plusieurs prix courus dès 14h, ces courses amicales sont organisées par la Fédération régionale des Courses hippiques de Corse. Le calendrier couvre tous les dimanches de juillet et août, sauf les 14 juillet et 15 août. Ou si, par déveine, la météo s’en mêle méchamment. Endimanché ou casual-chic, le public, aimable, rieur, bon enfant, mixe tous les âges. Les néophytes tentent leur chance, les chevronnés pronostiquent. Un vrai dada. On se bouscule aux guichets puis à la buvette. Et vice-versa. Partir tôt le matin, emporter aussi les maillots et serviettes pour faire trempette dans les eaux fraîches de la rivière Saint-Antoine, déjeuner en route, repartir le soir à la queue leu leu, entre les 4x4 et les vans.

Hippodrome de Viseo

Lieu-dit Casatorra, Zonza. Tél. +33 (0)4 95 78 71 52.

www.hippodrome-zonza.fr et www.federation-corse.fr

2.

Mettre la main sur les céramiques de Julien Truchon

Installé en lisière du maquis à la sortie de Patrimonio en direction de Saint-Florent, Julien Truchon se voyait décorateur. Il est devenu potier-céramiste afin de reprendre le tour et l’atelier paternels en 2007 après avoir étudié le métier dans une école en Bourgogne. Habile et vif, inspiré par les épures asiatiques côtoyées au Japon, il travaille en solo, son gros chien couché à ses pieds. À la minéralité intrinsèque du grès, il injecte des pigments forts, cuits en luisances profondes, et façonne des formes brutales et laconiques sur lesquelles les imprévus chromatiques muent l’accident chimique en esthétique hardie. Outre le registre traditionnel des récipients utilitaires culinaro-ménagers qu’il traite en couleurs osées, Truchon s’est construit une réputation de créateur tellurique, sollicité par de nombreuses tables étoilées corses pour qui il imagine assiettes, plats, surfaces de présentation. En tête, Le Pirate à Erbalunga ou La Roya à Saint-Florent. À Paris, Yves Camdeborde ne jure que par lui. Ma Langue Sourit au Luxembourg aussi. Amitié en liens forts cuits au four : c’est Truchon qui réalise les beaux pots dans lequel l’ami Pierre Carli, apiculteur, coule son miel du maquis – un délice ! –, et qui a dessiné-façonné les diffuseurs d’huiles essentielles pour la jeune marque Solyvia.

Atelier Julien Truchon

Lieu-dit Campo d’Elge, Patrimonio. Tél. +33 (0)6 17 96 11 23.

www.jtceramique.com

3.

Défricher le territoire artistique de l’île

Posté à quelques enjambées du musée de la Corse à Corte, le Frac Corse est l’unique structure muséale de l’île vouée à l’art contemporain. Installé dans les murailles épaisses de la caserne militaire Padoue, enfouissant ses salles d’expositions dans les ex-citernes à eau, un incendie fit partir en fumée voilà quinze ans de nombreuses œuvres importantes. Aujourd’hui, placé sous la férule de la conservatrice Anne Alessandri, le Frac possède un fonds de 470 œuvres – dont celle ci-dessus de Gaël Peltier, Reconstitution 02, 2003, (détail) – couvrant les courants modernes et contemporains majeurs, avec tropisme appuyé sur les relations art et nature, l’environnement, les notions de territoire et d’identité. Sur l’esplanade herbeuse conduisant aux salles, le plasticien corse Ange Leccia a posé deux cages de but collées l’une à l’autre : L’Irruption du Vide est un dispositif spatial pacifié, un périmètre encagé où poussent les espèces végétales du maquis. À l’intérieur, entre obscurités percées de meurtrières et lueurs artificielles, on découvre des expositions collectives comme en 2015, la nuit les molécules l’horizon, conçue par Fabien Danesi, ou monographiques comme celle consacrée jusqu’au 25 août à l’intriguant artiste ajaccien Elie Cristiani.

Fonds régional d’art contemporain (Frac)

La Citadelle, Corte. Tél. +33 (0)4 20 03 95 33.

www.corse.fr

4.

Dénicher le paradis aux couvents

Des couvents, le Cap Corse en est couvert. Quarante-cinq recensés. La plupart déconsacrés, devenus propriétés très privées. Ainsi du Couvent de Pozzo, situé à Brando, où jadis les moines capucins italiens firent vœu de pauvreté. La Révolution y mettra fin, bradant le site pour le prix d’une hostie à Jean Ristori, notable bastiais qui profita de l’occasion pour s’offrir derechef une particule. Dès lors, la propriété restera dans le giron familial : huit générations plus tard, c’est Emmanuelle Picon qui en a hérité. La jeune femme, qui menait carrière dans la mode à Paris, a tout plaqué pour revenir en 2013 chez ses aïeux. L’année suivante, elle vouait la maison familiale à l’exercice hôtelier sur le mode Bed & Breakfast amical et confidentiel sans rien changer du décor et de l’ameublement patrimonial. Quatre grandes chambres avec salle de bain pour le confort, huit chambrettes plus humbles pour la spiritualité : les anciennes cellules des pères prieurs obligent par leur exiguïté à laisser ses bagages dans le corridor dallé de pierres, ce qui ajoute au charme bohème des lieux. Tout autour un splendide jardin planté de tilleuls, pins parasols, oliviers, cyprès et hortensias. Panorama époustouflant à la clé, avec les côtes italiennes à l’horizon, et le son des cloches de l’église Saint-Barthélemy de Pozzo, vestige du couvent, toujours en activité.

Couvent de Pozzo

Brando. Ouvert de Pâques à mi-novembre, avec parenthèse à Noël et hors saison sur demande.
Tél. +33 (0)4 95 60 39 11.

www.couventdepozzo.com

5.

Sillonner les routes en anciennes

Mini Moke à Ajaccio, Méhari de Sagone à Piana, Renault Rodéo à Calvi, cabriolets youngtimers à Porto-Vecchio, MG au Cap Corse. Remisées au garage en hiver, les décapotables sont légion en été. Accessoires obligés : lunettes de soleil, casquettes, panamas et manches longues. Pas question de bronzer «cycliste» ou de brûler au volant. À titre privé, «faire» la Corse en ancienne est un pur plaisir hédoniste. La route s’y prête, les plages et les paysages aussi. Peu d’excès de vitesse, max 60 km/h. Autres insouciances : laisser la capote baissée, ne pas verrouiller les portes (quand il y en a !) et même oublier les clés sur le contact. Ouvert aux voitures de sport d’après-guerre, le Trophée en Corse organisé par Rallystory lance chaque octobre depuis vingt-trois ans un rallye de plus de 1 000 anciennes (Lotus, Porsche, Austin-Healey, Jaguar, Ferrari...). Sinon, l’île est sillonnée chaque été par de réjouissants cortèges de Traction avant, Jaguar, Morgan, Combi VW, Alpine, 2CV, qu’on admire dans les tournants ou garées sur les places des villages. En couple, Monsieur embarque sur les ferries, Madame vole en avion. L’inverse est plus rare. Bonnes tables, hôtels chics et tourisme plein ciel au menu.

Trophée en Corse

Du 14 au 16 octobre.

www.rallystory.com

6.

Mettre les voiles

Depuis 2010, la Corsica Classic tient pavillon haut en matière de régates de prestige. À la barre, Thibaud Assante, président de l’association Corsica Classic Yachting, basée à Ajaccio, affiliée à la Fédération française de voile et placée sous le patronage du Yacht Club de France. Pour sa 7e édition, cette élégante course côtière en sept régates, unique rendez-vous de voile classique en Corse, se tiendra du 21 au 28 août. Départ : Ajaccio. Arrivée : Bonifacio. En lice, près de 40 embarcations racées au pedigree cinglant, autant d’équipages et hautes figures du nautisme international. Déjà inscrits : Palynodie II, qui a appartenu à Gaston Defferre et classé Monument historique, ou Serenade à bord duquel Humphrey Bogart apprit à naviguer, et qui appartint à Zsa Zsa Gabor puis à la famille Cousteau. La Corsica Classic se prolongera par un rassemblement de huit jours autour du port de Saint-Florent, cabotage et ronds dans l’eau pour le plaisir, avant que les yachts mettent le cap sur la régate suivante du circuit à Imperia en Italie.

Corsica Classic

Du 21 au 28 août.

www.corsica-classic.com

7.

Céder aux délices du cédrat

Ancêtre paléo du citron, franken-fruit reptilien venu de l’Himalaya, le cédrat est le premier agrume arrivé en Europe, débarqué en Corse au Ier siècle av. JC, botaniquement muté pour aboutir à une variété insulaire unique. Arôme, douceur et finesse. Le cédrat corse connut son apogée au XIXe siècle, exporté en Angleterre, Scandinavie et jusqu’aux États-Unis. Puis déclin et oubli. Galvaudé, le cédrat corse (confit) s’offre enfin une délicate renaissance gourmande. Xavier Calizi (photo), fondateur des Cédrats du Cap Corse, en a relancé la culture, identitaire, exactement là où elle fut abandonnée voilà cent ans. Enracinées sur la côte ouest du Cap Corse, ses plantations produisent chaque année plusieurs tonnes de cédrats récoltés à l’automne avec des pincettes car poussant cernés d’épines. Pulpe douce, pas de jus, parfum grisant, le cédrat ne se mange pas frais. Obligatoirement confit après avoir été lavé, bouilli, vidé, immergé dans un bain de sirop de sucre dix à douze jours, puis mis en bocal ou transformé – confitures, marmelades, liqueurs. Les jeunes cuisiniers, glaciers et pâtissiers le fondent en recettes inédites : tajine de poisson ou d’agneau, fromages de chèvre, tiramisu, sorbets, pâtes de fruits, cakes. Calizi, dont la plantation est ouverte à la visite, fournit ainsi les chefs étoilés de l’île mais aussi ceux du continent : Le Vieux Moulin à Centuri, Alain Dutournier au Carré des Feuillants à Paris ou Christian Sinicropi à La Palme d’Or à Cannes. Quant au boulanger-pâtissier corse Marc Ventura, il en truffe ses pains. Autre débouché : la cosmétique. Calizi lance ce printemps la marque Cedratis élaborée à partir du blanc du cédrat, bourré de vitamines et d’actifs antioxydants.

Les Cédrats du Cap Corse

Barrettali. Visite de 9h à 12h et sur rendez-vous ; boutique de produits maison. Tél. +33 (0)6 72 15 84 78.

www.lescedratsducapcorse.com

Marc Ventura

55, route du Cap Corse, Pietranera, San Martino di Lota. Tél. +33 (0)4 95 32 34 81.

www.boulangerieventura.fr

Pâtisserie Casanova

6, cours Paoli, Corte. Maison historique où Edmond Casanova, Cortenais grand teint, participe au renouveau du cédrat corse. Tél. +33 (0)4 95 46 00 79.

8.

Succomber à une vraie plage de détente

Mille kilomètres de côtes granitiques, schisteuses ou calcaires, ourlés de criques miraculeuses ignorées des touristes ou plages paradisiaques dont l’accès ne peut se faire que par la mer ou au prix d’une crapahute risquée : le littoral corse est une splendeur sauvage fantastique. Véritable robinsonnade de 80 hectares, située au fin fond de la baie d’Ajaccio, «sous» Coti-Chiavari, Saparella est un authentique domaine mer-maquis aménagé l’air de rien et avec le sourire par Julien et Laetitia Peretti. Paillotte, restaurant de poissons, bar, guitare et bergeries de luxe : on y prend racine pour la journée, la soirée, la nuit et séjours prolongés. La route tenant de la piste baroudeuse, préférer le Zodiac ou l’hélico pour y accéder, mais la maison possède un semi-rigide qui assure la navette avec le port Tino-Rossi à Ajaccio. Un brin Pierrafeu, vernaculaire, totalement isolé, le site accueille séminaires roots, mariages décalés et concerts inoubliables. Le retour par bateau en pleine nuit et au clair de lune est une pure magie.

Domaine de Saparella

Ouvert tous les jours depuis le 1er mai. Tél. +33 (0)6 11 83 18 63.

9.

Tout savoir sur les hautes vignes panoramiques

Il y a la bière à la châtaigne, le Corsica Cola, la Limunata, les eaux minérales Zilia, Orezza et St Georges (relookée par Starck), les muscats du Cap Corse, le whisky P&M. Et les vins corses. Vignobles, chais, excellentes années et AOC à gogo, de Patrimonio à Sartène. Perché au-dessus de Tiuccia, entre Ajaccio et Cargèse, le Clos d’Alzeto est l’un des plus anciens vignobles de l’île, millésime 1800. Le plus élevé aussi, de 300 à 500 m d’altitude, avec 52 hectares de vignes en coteaux, tournés vers la mer. Horizon unique. Sciaccarello, nielluccio, vermentino, grenache : les cépages volent haut et la cave fournit en exclusivité ses crus de rouges, rosés et blancs aux meilleures tables corses. Hier vin de table, Alzeto a pris ses titres de noblesse grâce aux efforts soutenus de la famille Albertini, père, fils, frères et sœur, dont le magasin- chai ultramoderne ne désemplit pas. Aux vins s’ajoutent une délectable huile d’olive vierge – les oliveraies sont sur le même domaine –, des friandises, des confitures, des miels produits par les amis, et les Delizii de la Maison Camedda, petits biscuits addictifs aux noisettes de Cervioni ou au vin blanc... d’Alzeto.

Clos d’Alzeto

Sari d’Orcino. Tél. +33 (0)4 95 52 24 67.

www.closdalzeto.com

10.

Siffler sur la colline

Il est des musiques profondément ancrées dans la tradition populaire insulaire, interprétées avec des instruments simples comme le vent et comme la flûte, pilier du patrimoine agropastoral porté aux lèvres par les bergers. Qui taillaient dans un morceau de tige de roseau ce pipeau appelé pirula aux sonorités légères et hypnotiques. L’autre flûte du répertoire est la pifana ou pivana, percée dans une corne de chèvre, émettant des sons graves, mélancoliques, envoûtants. Allure de pâtre-farfadet, Romain Rancurel Giannoni taille, creuse, gouge, sculpte roseaux, bambous, bois de châtaigner, d’olivier, de genévrier, d’acacia, de cyprès mais aussi cornes de vache ou de bouc pour en tirer des sons uniques et druidiques qui renvoient aux origines du monde. Rancurel Giannoni est facteur d’instruments à vent traditionnels de Corse et du monde. Avant de s’installer voilà plus de dix ans dans le Nebbio, près de Saint-Florent, il a étudié les métiers de la musique, et fut le disciple du grand luthier Ugo Casalonga. En son atelier débordant de bois récoltés et de caisses emplies de cornes récupérées auprès des bergers ou échangées avec les couteliers, chacun n’utilisant pas les mêmes parties, outre les traversières et clarinettes, Rancurel Giannoni travaille à la main les pivana et pirula, dont l’entretien réclame une fois l’an, à la fin de l’été, un chiffon propre imbibé d’huile d’amande douce. Ses clients ? Tous les groupes corses, dont Chjar’ di Luna, et les particuliers. Ses instruments sont vendus chaque début de septembre lors du festival Les Médiévales de Levie, ou sur la boutique en ligne australienne Didgeridoo Breath. Sinon, prendre rendez-vous à l’atelier. Pas de site Internet mais le bonhomme est sur Facebook.

Romain Rancurel Giannoni

Berbi-Rossi, route d’Oletta, Saint-Florent. Tél. +33 (0)6 71 62 49 86.

Les Mouettes

Ajaccio, les pieds dans l’eau. Et large panorama sur le golfe depuis ses terrasses, loggias et balustrades à l’ombre des pins. Avec plage privée et piscine à l’eau de mer. Demeure familiale par excellence, ce 4 étoiles mené et animé par Jean-Baptiste Pieri et dûment inscrit au Cercle des Grandes Maisons Corses, installe son aimable farniente dans les vastes murs d’une villa de style Riviera bâtie en 1880 où nichèrent, entre autres, une maternité et un studio de cinéma ! Rendu à la vie hôtelière, l’établissement abrite 27 belles chambres et suites avec vue, un spa-terrasse, un bar, un salon-cheminée cosy quand les soirées fraîchissent. Ouverte à tous, hôtes extérieurs compris, la terrasse est un hâvre de paix unique. On s’y prélasse le temps d’un apéritif, d’un cocktail-signature-santé ou d’un délicieux encas. Croisières privées avec skipper, vélos, Fiat 500, balades, baby-sitting, paniers pique-nique et autres services sur demande.

LES MOUETTES

9, cours Lucien-Bonaparte, Ajaccio. Tél. +33 (0)4 95 50 40 40.

www.hotellesmouettes.fr

Castel Brando

Posté sur la mer, à quelques kilomètres de Bastia, Erbalunga est un minuscule port de pêche doublé d’une destination littorale réputée pour son restaurant étoilé, Le Pirate. Déployé en plein village autour d’une maison de maître du XIXe siècle, le Castel Brando ceint plusieurs demeures intensément colorées, immergées dans les jardins séculaires plantés de palmiers et de cèdres, et décorées entre humilité insulaire et confort 4 étoiles. Fondée par la famille Pieri, cette villégiature hédoniste privilégie l’accueil, la générosité et le sourire. Y ajouter deux piscines dont une cachée sous les orangers, la boutique-spa L’Olivier, un petit déjeuner pantagruélique, un salon-bibliothèque plein de souvenirs, un parking privé pour garer son roadster vintage, et les amicales conversations apéritives avec les Pieri et y revenir, fidèlement, d’avril à novembre…

HÔTEL CASTEL BRANDO

Erbalunga. Tél. +33 (0)4 95 30 10 30.

www.castelbrando.com

© Gaël Peltier, ADAGP Paris 2016 L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Cape Point, l’extrémité de la péninsule du Cap.

Article suivant

Paysages
intérieurs

Carnet d’adresses

Hippodrome de Viseo

Lieu-dit Casatorra, Zonza. Tél. +33 (0)4 95 78 71 52.

www.hippodrome-zonza.fr et www.federation-corse.fr

Atelier Julien Truchon

Lieu-dit Campo d'Elge, Patrimonio. Tél. +33 (0)6 17 96 11 23.

www.jtceramique.com

Fonds régional d'art contemporain (Frac)

La Citadelle, Corte. Tél. +33 (0)4 20 03 95 33.

www.corse.fr

Couvent de Pozzo

Brando. Ouvert de Pâques à mi-novembre, avec parenthèse à Noël et hors saison sur demande.
Tél. +33 (0)4 95 60 39 11.

www.couventdepozzo.com

Trophée en Corse

Du 14 au 16 octobre.

www.rallystory.com

Corsica Classic

Du 21 au 28 août.

www.corsica-classic.com

Les Cédrats du Cap Corse

Barrettali. Visite de 9h à 12h et sur rendez-vous ; boutique de produits maison. Tél. +33 (0)6 72 15 84 78.

www.lescedratsducapcorse.com

Marc Ventura

55, route du Cap Corse, Pietranera, San Martino di Lota. Tél. +33 (0)4 95 32 34 81.

www.boulangerieventura.fr

Pâtisserie Casanova

6, cours Paoli, Corte. Maison historique où Edmond Casanova, Cortenais grand teint, participe au renouveau du cédrat corse. Tél. +33 (0)4 95 46 00 79.

Domaine de Saparella

Ouvert tous les jours depuis le 1er mai. Tél. +33 (0)6 11 83 18 63.

Clos d'Alzeto

Sari d'Orcino. Tél. +33 (0)4 95 52 24 67.

www.closdalzeto.com

Romain Rancurel Giannoni

Berbi-Rossi, route d'Oletta, Saint-Florent. Tél. +33 (0)6 71 62 49 86.

LES MOUETTES

9, cours Lucien-Bonaparte, Ajaccio. Tél. +33 (0)4 95 50 40 40.

www.hotellesmouettes.fr

HÔTEL CASTEL BRANDO

Erbalunga. Tél. +33 (0)4 95 30 10 30.

www.castelbrando.com
Vue d'ensemble
Vue d'ensemble
Carnet d'adresses

S'y rendre

www.airfrance.com

FRÉQUENCE DES VOLS

Pendant les mois d'été, AIR FRANCE et HOP! AIR FRANCE renforcent leur desserte de la Corse :

— au départ de Paris-CDG, AIR FRANCE dessert Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari plusieurs fois par semaine.

— au départ de Paris-Orly, AIR FRANCE et HOP! desservent Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari plusieurs fois par semaine, en partage
de codes avec Air Corsica.

— au départ de 16 villes de province, AIR FRANCE et HOP! desservent Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari de une à trois fois par semaine –  les destinations corses ne se desservent pas entre elles.

AÉROPORT D'ARRIVÉE

— Aéroport d'Ajaccio.
À 5 km.
Tél. +33 (0)4 95 23 56 56.

— Aéroport de Bastia Poretta.
À 20 km.
Tél. +33 (0)4 95 54 54 54.

— Aéroport de Calvi.
À 8 km.
Tél. +33 (0)4 95 65 88 88.

— Aéroport de Figari.
À 5 km.
Tél. +33 (0)4 95 71 10 10.

BUREAUX AIR FRANCE KLM

À l'aéroport.

RÉSERVATIONS

— Depuis la France :
Tél. 3654.

— Depuis l'étranger :
Tél. +33 (0)892 70 26 54.

LOCATION DE VOITURES

Hertz, aux aéroports de :
— Ajaccio
Tél. +33 (0)4 95 23 57 04.
— Bastia
Tél. +33 (0)4 95 30 05 15.
— Calvi
Tél. +33 (0)4 95 65 02 96.
— Fiagri
Tél. +33 (0)4 95 71 04 16.
www.aifrance.fr/cars

À LIRE

Haute-Corse Gallimard,
coll. Encyclopédies du voyage.
Corse du Sud Gallimard, coll. Encyclopédies
du voyage.

Corse Gallimard, coll. GEOGuide.
Le Goût de la Corse Mercure de France, coll. Le petit Mercure.
Notices de la Corse Natacha Wolinski et Anton Renborg, éditions Filigranes.

© Parko Polo / Central Illustration Agency. Carte illustrative, non contractuelle