Jérôme Di Marino

Jérôme Di Marino

Créateur de parfum

Comment êtes-vous arrivé à ce nouveau parfum Carven pour homme ?

J’ai rejoint Takasago, une société japonaise fabricante de parfums, comme les grands laboratoires Givaudan, IFF, Firmenich… C’est là que j’ai été formé par Francis Kurkdjian, le créateur des précédents masculins Carven. L’Eau Intense en est une déclinaison, dont il a suivi l’élaboration avec un œil de directeur artistique.

Qu’avez-vous appris à ses côtés ?

L’histoire de l’évolution du parfum, de Shalimar de Guerlain aux grands succès actuels. La connaissance des matières premières. Les clés à faire jouer au cours de la création…

On parle d’oxymore olfactif pour cette création. C’est-à-dire ?

L’Eau intense propose une dualité fraîcheur/intensité : épices fraîches et menthe givrée / épices chaudes et bois vibrants. Une symbiose des contraires. De ce parti pris naît la personnalité de cette Eau.

Quels lieux seraient à vos yeux des oxymores ?

À Paris, les serres d’Auteuil où se côtoient jardins arides et luxuriants ; le Silencio, un lieu de fête contrairement à ce que son nom indique (www.silencio-club.com) ; La Démesure, qui sert des plats en petites portions à partager (43, rue du Faubourg-Montmartre) ou encore Uma, fusionnant cuisines mexicaine et nippone (www.uma-restaurant.fr).

Qu’est-ce qui vous inspire ?

Saint Laurent disait qu’«il faut décloisonner l’art». Le voyage m’inspire, les marchés où je découvre des arômes, des goûts. Je pense au fruit du dragon, le pitaya, en Thaïlande : peau rose à picots verts et chair blanche parsemée de grains noirs. En bouche, on dirait un kiwi aqueux avec des notes poirées. Je cherche à recréer cette odeur… La mixologie (l’art des cocktails) m’inspire également, comme le travail des chefs pâtissiers, qui m’amènent à chercher des accords inédits.

Le voyage semble essentiel pour vous…

J’aime les contacts culturels, comprendre comment les gens vivent. Donc, souvent, j’essaie d’être hébergé chez l’habitant !

Un voyage dans le temps ?

À l’époque de Minuit à Paris (Woody Allen, 2011). Une période d’ébullition, de rêves décomplexés, propice à la nouveauté. Je m’intéresse de près au travail d’Anish Kapoor ou à celui de Marina Abramović.

 

  • 1987 Naissance à Annemasse (Haute-Savoie).
  • 2008 Licence de chimie ; intègre l’Isipca (Versailles) en alternance chez Givaudan.
  • 2008-2010 Apprenti parfumeur chez Givaudan aux côtés de Nathalie Cetto.
  • 2011 Rejoint la cellule olfactive des parfums Givenchy et travaille auprès de Françoise Donche.
  • 2012 Rejoint Takasago et est formé pendant trois ans par Francis Kurkdjian.
  • 2016 Création pour Carven de L’Absolu (pour femme) et de L’Eau intense (pour homme), en duo avec Francis Kurkdjian.

© Mathieu Martin Delacroix - Nathalie Baetens

Pull Porticcio 69, en maille fine 100% mérinos.

Article suivant

Louison Bobet
l’
art du retour